Dassault Mystère

dassalut mystèreDans les années qui suivirent immédiatement la Seconde Guerre mondiale un travail considérable de recherches et d’expérimentations fut accompli en France mais les ingénieurs français ne tardèrent pas à découvrir comme leurs collègues des autres pays que les concepts conventionnels sinon classiques avaient le plus de chance de réussir. Le premier avion de combat à réaction produit après 1945 en France fut le Dassault M.D.450 Ouragan, un chasseur bombardier très conventionnel à aile droite propulsé par un réacteur britannique Rolls-Royce Nene fabriqué sous licence par Hispano-Suiza. L’ouragan fit son premier vol le 28 février 1949 fut adopté par les forces aériennes française, indienne et israélienne et son développement entraîna l’adoption d’une voilure en flèche mieux adaptée aux avions à réaction très rapides et déboucha sur la série des Mystère d’interception et de chasse-bombardement. Le premier, le M.MD. 452 Mystère I vola le 23 février 1951 suivi d’une série de prototypes expérimentaux et d’avions de présérie avec introduction du réacteur Rolls Tay construit sous licence par Hispano-Suiza et expérimentation du réacteur Snecma Atar. La première grande version de série destinée à l’Armée de l’Air fut le Mystère IIC dont le premier appareil de série vola au milieu de l’année 1 954. Mais de nouveaux développements avaient mené au Mystère IV qui avait volé sous forme de prototype en 9 septembre 1952 avant d’être mis en production sous la désignation Mystère IVA. L’avion fut aussi commandé par la France, l’Inde et Israël. Propulsé initialement par le réacteur Tay version française, les derniers Mystère IVA de série reçurent le réacteur Hispano-Suiza Verdon développé à partir du Tay. Une version biplace de chasse de nuit proposée ne fut pas commandée en série. Les Mystère IVA furent engagés au combat par les Français lors des opérations de Suez en octobre 1956. La célèbre Patrouille de France d’exhibitions acrobatiques vola aussi sur ce type. La poursuite du développement mena au Super Mystère B2 qui vola sous la forme du prototype Super Mystère B1 le 2 mars 1955. Avec une voilure modifiée dotée d’une flèche supérieure, diverses améliorations et l’adoption d’un réacteur Snecma Atar 101 à réchauffe, le Super Mystère B2 de série pouvait passer le mur du son en vol horizontal, devenant ainsi le premier avion de combat opérationnel européen capable de cette performance. Le premier avion de série vola en février 1957 et la production s’éleva à 180 exemplaires. Outre son emploi dans l’Armée de l’Air, la force israélienne engagea efficacement cet avion lors de ses conflits avec ses voisins et remotorisa certains appareils avec des réacteurs américains. À cette époque, la firme de Marcel Dassault avait déjà bien avancée dans l’étude d’un futur avion de combat, la célèbre série des Mirage.

Les commentaires sont clos.